L’évolution de la greffe de cheveux des 5 dernières années a largement amélioré la qualité et L’ésthétisme des chevelures transplantées.

La densité, l’aspect naturel et l’homogénéité des implants font de la greffe capillaire une réelle solution pour celui ou celle qui n’apprécie pas de voir sa chevelure se clairsemer tous les jours pour finalement ne plus laisser que la calvitie.

La greffe de cheveux moderne est une spécialité qui fait partie intégrante de la chirurgie esthétique et réparatrice dans la quasi-totalité du globe. Bien que de nombreuses innovations soient régulièrement révélées, la greffe de cheveux est toujours basée sur le principe d’autogreffe. Ce sont ces propres cheveux qui sont transplantés, ce qui enlève le risque de rejet des implants par l’organisme.

En revanche cela fait moins de 10 ans que la greffe de cheveux est devenue greffe folliculaire.

La greffe d’unités folliculaires est la principale avancée de ces dix dernières années, elle seule permet de retrouver sa chevelure d’antan : plus besoin de devoir se coiffer d’une certaine manière pour cacher des implants visibles. La densité est totalement naturelle et en harmonie avec le reste de la chevelure. Malgré les avancées esthétiques indéniables de cette dernière génération d’implants, elle n’est pas encore pratiquée partout.

Les greffons sont toujours prélevés dans la couronne hippocratique. <couronne hippocratique>

Les cheveux dans cette zone ne répondent jamais au processus d’alopécie androgénique et ne tombent donc jamais.

Aujourd’hui, on distingue 2 procédures chirurgicales pour les greffes de cheveux qui différent par leurs méthodes de prélèvements: La FUT et la FUE.

Lors d’une FUT, on prélève une bandelette dans la couronne hippocratique que l’on suture ensuite pour ne laisser qu’une fine cicatrice. Cette Bandelette est ensuite découpée en unités folliculaires pour ensuite être réimplantées dans les zones chauves ou clairsemées.

Lors d’une FUE, on prélève directement les unités folliculaires dans la zone donneuse du patient à l’aide de micro-punch au diamètre des unités folliculaires du patient, soit de 0,75 à 1,1mm. Le prélèvement laisse de microscopiques traces qui ne sont pas perceptibles. Le patient peut porter des cheveux très courts sans que la greffe de cheveux soit visible.

La greffe de cheveux a également beaucoup évoluée dans le traitement de la zone dite « receveuse », soit les zones chauves ou clairsemées.

Les greffes de cheveux folliculaires se distinguent grâce à la densité d’implantation. Grâce aux unités folliculaires qui sont les plus petits greffons possible, certains praticiens arrivent à implanter à une densité si importante que l’aspect est totalement homogène avec le reste de la chevelure.